Critique du film Paddington de Paul King

Paddington, l’œuvre de Michael Bond, est une institution en Angleterre. Un peu moins en France, mais on connaît tous cette boule de poil qui est le symbole même de l’ours en peluche.

Qui dit classique dit évidemment cinéma (surtout en ce moment) ! Et c’est donc normal que l’ours Paddington ait finalement droit à son film à l’approche de Noël.

Synopsis

Paddington raconte l’histoire d’un jeune ours péruvien fraîchement débarqué à Londres, à la recherche d’un foyer et d’une vie meilleure. Il réalise vite que la ville de ses rêves n’est pas aussi accueillante qu’il croyait. Par chance, il rencontre la famille Brown et en devient peu à peu un membre à part entière.

Critique

LateD-Wallpapers-Free-Download-1Paddington est tellement mignon ! Qui ne pourrait pas craquer devant ce film ? C’est d’ailleurs ce qui en fait sa force numéro 1 ! D’autant plus que l’humour est là, même si certains gags sont peut-être un peu téléphonés mais tout de même très drôles. De plus, on a droit à quelques clins d’œil aux classiques tels que Mrs Doubtfire ou Mission Impossible..

Il faut dire que l’histoire n’est pas non plus de première jeunesse : la boule de poil quitte son paradis péruvien et débarque dans la jungle londonienne grisâtre… Comment faire alors pour s’adapter ?

Heureusement, il tombe sur une famille qui l’accueille. Famille typiquement british de surcroît, avec un père aussi coincé qu’une mère excentrique. Et ce qui devait arriver arriva : ils s’attachent. Et l’aventure continue…

Le film joue évidemment avec les codes du célèbre ourson (le chapeau, l’imperméable bleu, la valise…). Mais il se met aussi à la place de ce dernier qui interprète à sa façon les us et coutumes londoniens, créant ainsi quelques situations cocasses.

paddington brosse à dentsLe casting choral est, comme souvent dans les films britanniques, extra (surtout pour une fan de cinéma brittanique). On y retrouve ainsi Sally Hawkins (Blue Jasmine), Robert Crawley de Downton Abbey, la maman de Ron dans Harry Potter, le papa de Bridget Jones et, last but not least, The Doctor en date, j’ai nommé Peter Capaldi. Ce dernier tient un rôle à contre-emploi du Docteur, on ne peut plus antipathique, dans le genre du voisin Mr Heckles dans Friends. Whovians, vous êtes prévenus !

Nicole Kidman joue le rôle de la méchante taxidermiste, froide et sans pitié. On ne fera pas de remarque sur le jeu parce que bon avec autant de botox ça ne doit pas être facile (qui a dit Avant d’aller dormir ?). Mais pour le rôle d’une garce sans cœur, ça se passe plutôt bien.

A noter : Dans la VF, c’est l’excellent Guillaume Gallienne (Les garçons et Guillaume, à table !) qui double notre ourson préféré dans la version française !

Inutile de vous dévoiler  davantage l’intrigue. Retenez juste que c’est drôle, mignon et parfait pour l’ambiance Noël.

 

 

 

 

Total
7
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article précédent
Les_Heritiers_arianne_ascaride

Critique du film Les Héritiers de Marie-Castille Mention-Schaar

Article suivant

[Avent 2014] #Concours – 1 an d’abonnement Ecran Fantastique

Articles sur le même sujet

« Prince of Persia : les sables du temps » de Mike Newell

Un film d'artisan complètement désintéressé et dépourvu d'ambitions artistiques qui se contente de faire le minimum requis, sachant pertinemment que, bon ou mauvais, le film remportera un succès garanti par les fans déjà conquis du jeu vidéo et par la propagande promotionnelle qui annonce ni plus ni moins qu'un nouveau « Pirates des Caraïbes ».
Lire plus