Critique Le Grand Bain de Gilles Lellouche

Synopsis

Un groupe d'hommes tentent d'échapper ou de résoudre leurs problèmes en pratiquant une activité principalement réservée aux femmes, la natation synchronisée. Sous l'impulsion de deux anciennes gloires de la disciplines, ces hommes vont devenir une véritable équipe et tenter de trouver un sens à leurs vies. 

Une comédie avant tout 

La première réalisation en solo de Giles Lellouche se présente tout d'abord comme une comédie. Portée par un casting prestigieux, notamment Mathieu Amalric, Guillaume Canet ou encore Virginie Efira, le film est d'autant plus réussi que la réalisation est impeccable. Malgré quelques passages prévisibles, le jeux des acteurs, les situations souvent cocasses et la réalisation permettent à l'aspect comique du film de très bien fonctionner. Le fait que chaque personnage ait un aspect comique différent mais qu'ils soient tous rassemblés par une situation comique (leur retrouvaille à la piscine pour pratiquer la natation synchronisée) fait en partie la force du film. Les problèmes et les faiblesses de chacun des personnages sont les éléments qui ont permis leur rencontre et leur adhésion au sein du groupe de natation synchronisé. C'est par ce procédé que Gilles Lellouche transforme ces faiblesses en force et démontre que l'aspect comique doit être autre part que dans la moquerie. 

Bien plus qu'une comédie

Au delà de l'aspect comique, le film aborde des thèmes importants comme la dépression, pour le personnage de Mathieu Amalric notamment, ou la reconstruction après un accident pour les personnages de Virginie Efira et Leila Bekhti. Les relations humaines sont également au centre du film. On s'attarde certes sur les relations entre tous ces hommes pratiquant un sport destiné aux femmes mais aussi sur leurs relations avec leurs familles qui sont, pour la plupart particulières. On retrouve alors des situations très émouvantes au niveau des personnages de « père » : le père de famille dépressif, le père divorcé poursuivant ses rêves de rockeur tout en essayant de maintenir un lien avec sa fille, et le père fraichement séparé tentant d'aider son fils souffrant de bégaiement. On voit alors des personnages masculins en position de difficulté qui font face dans le bassin à une certaine douceur de la part du personnage de Virginie Efira qui leur lit des livres, et à une rage bienveillante de la part du personnage de Leila Bekhti qui poursuit à travers eux ses propres rêves de gloire. 

Au final Gilles Lellouche donne naissance à un film à la réalisation soignée, une comédie humaine à l'humour intelligent bien loin de la moquerie des comédies françaises actuelles, portée par des acteurs investis et talentueux.

Leave a reply