Mistress America de Noah Baumbach

On vous avait parlé de Frances Ha il y a déjà deux ans. Réjouissez-vous les amis : notre duo préféré, Noah Baumbach et son actrice fétiche Greta Gerwig, sont de retour avec Mistress America. Ayant eu un gros coup de coeur pour Frances Ha, mes attentes sur ce film étaient grandes.

Synopsis

Étudiante en première année dans une université de New York, Tracy se sent bien seule : elle ne fait ni les rencontres exaltantes auxquelles elle s'attendait, ni ne mène la vie urbaine trépidante à laquelle elle aspirait. Jusqu'au jour où elle est accueillie par sa future demi-soeur Brooke, New-Yorkaise pure et dure habitant à Times Square. Séduite par les extravagances de Brooke, Tracy découvre enfin le Manhattan dont elle rêvait…

Critique

mistress america lola kirke greta gerwigMistress America pourrait presque être la suite de Frances Ha si on extrapole un peu. Greta Gewig incarne Brooke, une trentenaire new-yorkaise à la vie trépidante qui pourrait être Frances Ha quelques années plus tard. Si vous imaginez déjà un Sex and the City bis, loin de là. Ici, on est dans la vraie vie, et dans la vraie vie, on galère !

Si on s'identifiait surtout à Frances Ha dans le film éponyme, on se reconnaîtra surtout dans le personnage de Tracy. Quiconque a un jour débarqué dans une nouvelle école, sans connaître personne et pour commencer sa vie d'adulte se verra dans Tracy.

Le film a certains côtés Woody Allenien : très bavard, des situations absurdes, drôles et mistress america greta gerwigtouchantes. On se laisse porter par le film, de Manhattan au Connecticut...Les illusions et désillusions de Brooke (et son restaurant) et de Tracy (et son club littéraire) deviennent les nôtres.

C'est le genre de film que j'appelle "tranche de vie" : sans but particulier, on suit la vie de quelques personnes et on laisse repartir à la fin du film.

Noah Baumbach est parti pour être LE réalisateur du film d'auteur new-yorkais. On regrettera juste qu'il n'y ait pas assez de New York  et un peu trop de Connecticut.

Au final, Mistress America ne surpasse pas Frances Ha dans mon cœur mais je le recommande assurément pour les amateurs du genre.

 

 

Laisser un commentaire