[PIFFF 2015] The Survivalist de Stephen Fingleton

The Survavilist de Stephen Fingleton est le coup de cœur de la Redak lors du PIFFF 2015. Ce film post-apocalyptique est un excellent exemple de très bon film de Science Fiction qui fonctionne sans grand budget (1,4 millions d'euros). The survivalist est un premier film nous venant d’un pays dont on connait les paysages grâce à la série Game Of Thrones, mais dont on a pas l’habitude de voir des films… L’Irlande du Nord. Le réalisateur du film, Stephen Fingleton, est pour le moment inconnu au bataillon, mais il y a fort à parier que cela ne dure pas bien longtemps tant The Survivalist est une réussite.

Synopsis

Dans un monde post-apocalyptique, un homme s'est établi dans une cabane en pleine forêt. Mais l'arrivée de deux femmes en quête de nourriture va bousculer sa discipline de vie.

Critique

The survivalist propose un postulat de départ assez simple et assez classique pour un univers post-apocalyptique. Et pourtant, sans pour autant révolutionner le genre, la réalisateur va nous proposer une œuvre atypique et une vision très réaliste, presque crue des choses.

La phase d’introduction du film nous permet de nous familiariser avec le personnage principal du film. On le découvre dans son quotidien de « survivant », seul, dans la foret. Pas de dialogues, très peu d’actions, les choses démarrent très lentement. Les choses évoluent lorsque notre fameux survivant va recevoir la visite de deux femmes qui vont bouleverser son quotidien si bien rodé.

survivalist-02
Plus qu’une œuvre sur la survie (préférer, dans un autre exercice de style, l’excellent The impossible) ou une véritable œuvre post-apocalyptique (Le dernier Mad Max fera très bien l’affaire), The survivalist est avant tout un film sur les rapports entre les humains. La méfiance entre les différents personnages, les confrontations avec « les autres » m’ont beaucoup rappelé les meilleurs moments de la BD The Walking Dead. En fait, ce film contient tout ce qui manque à la très médiocre adaptation en série TV de la BD précédemment citée. Les événements se déroulent dans un espaces réduit, avec peu de personnages et des interactions plutôt simples, voir prévisibles, pourtant, la tension est à son maximum pendant une bonne partie du film. On est captivés par ces personnages, par les événements qu’ils traversent et par les choix qu’ils font.

Cette réussite est en grande partie due à la mise en scène impressionnante du réalisateur. Avec peu de moyens, des lumières naturelles et aucune musique, il créé une atmosphère assez incroyable qui plonge le spectateur dans un univers certes réaliste, mais aussi, d’une manière, presque fantastique, car envoûtant. Les interprètes principaux, et notamment l’incroyable Martin McCann, sont également tous impressionnants. Il y a fort à parier que ce dernier fasse prochainement parler de lui.

En conclusion, The survivalist est un très bon film, et il est bien dommage de savoir que celui-ci n’est pas distribué en France. Son réalisateur, ce n’est pas surprenant, est en train de développer un projet de film de science-fiction à Hollywood, et s’il confirme, il y a fort à parier que d’ici quelques années, d’autres spectateurs que ceux du festival aient la possibilité de découvrir cette première œuvre singulière et maîtrisée.

1 comment

Laisser un commentaire