Corpse Bride / Les noces funèbres : analyse du film de Tim Burton

LE DENI (00:17:00 à 00:38:00)

1ère phase de la théorie du Deuil. Ici, Emily est le personnage en deuil, en deuil de sa vie passée, de sa vie dans le royaume des vivants.

Emily semble nier que sa vie a changé, elle se comporte encore comme une personne vivante, et continue de chercher un mari, même dans le royaume des vivants.

Ayant fait foirer l’entraînement de mariage, Victor s’enfuit vers la forêt pour réciter et apprendre ses vœux. C’est alors qu’il rencontre le personnage d’Emily, en lui demandant par inadvertance sa main. Victor se fait entraîner dans le « monde des morts ». Du moins, est-ce que le spectateur croit au début. En effet, tous les personnages le peuplant le nomment ainsi.

Victor apprends ainsi l’histoire d’Emily, ainsi que sa mort tragique. Celle-ci lui offre un « cadeau de mariage », qui n’est autre que le défunt chien de Victor, scraps. Le duo du jeune homme aux longues jambes fines et du chien n’est bien sûr pas sans rappeler le duo de Jack Skellington et son chien dans The Nightmare Before Christmas (L’étrange Noël de Mr Jack).

Victor, feintant vouloir faire rencontrer Emily à ses parents, réussit à obtenir une potion le ramenant dans le royaume des vivants par le personnage d’Elder Gutknecht. Ce personnage est très intéressant, et sa phrase « Now, why go up there, when people are dying to get done here ?» (« Pourquoi vouloir remonter, quand des gens meurent d’envie de descendre ici ? ») semble indiquer que le personnage s’est en réalité suicidé.

Dans cette phase, Victor fait également la rencontre de l’Asticot, habitant le crâne d’Emily. Selui-ci semble lui dicter sa conduite à plusieurs reprises, tel une conscience déchue, acteur majeur de cette phase de déni.

LA COLERE / LA DEPRESSION (00:38:00 à 00:55:00)

Bien que ces deux phases soient normalement séparées, je les aient ici retrouvées mélangées ensemble.

Cette phase est représentée par la colère d’Emily, lorsque celle-ci se rend compte du mensonge de Victor (ne souhaitant en réalité que retrouver sa bien-aimée, Victoria).

C’est alors que le spectateur fait pleinement la rencontre de l’Araignée Veuve Noire, amie d’Emily. L’espèce des Veuves Noires est bien connue pour piéger, et dévorer son partenaire mâle. Elle représente donc parfaitement la phase actuelle, la colère d’une épouse pour son mari.

Durant cette phase, Emily se rend peu à peu compte de l’impossibilité de son mariage avec Victor, du fait qu’elle soit morte. Elle passe ainsi de nombreuses heures à se lamenter de sa situation, se comparant sans cesse à Victoria, étant en vie. Celle-ci fait aussi allusion à sa capacité à prendre des coups de couteaux, le comparant à la capacité de respirer de Victoria. Le jeu Vie/Mort se poursuit lorsque les deux protagonistes, Victor et Emily, se mettent à jouer du piano. Nous pouvons remarquer qu’Emily reste au départ principalement dans les graves, thème sombre plutôt représentatif de la souffrance et du décès, tandis que Victor lui, reste dans les aigus, représentatif de son lien profond avec la vie, l’espoir. Cependant, lorsque Emily se prend au jeu tourbillonnant de Victor, sa main ne peut s’empêcher de se détacher de son corps et d’aller jouer sur la partie de Victor, et même sur son corps lui-même. Ainsi, Emily ne peut s’empêcher de flirter avec la vie, comme une tentative désespérée de se raccrocher à celle-ci.

Petit easter-egg : Le père de Victoria, Finis Everglot, dit à un moment, se trompant sur le nom de Victor « With or without Vincent », avant de se faire reprendre par sa femme. Cette « erreur » est en réalité une référence au premier court-métrage de Tim Burton : Vincent,  publié en 1982, arborant la même atmosphère sombre et lugubre.

Lire la suite en page suivante : Le Marchandage, L'Acceptation et la Conclusion

N'hésitez pas à réagir en commentaires. Ajoutez vos théories et analyses de fans ! Nous les lirons, promis.

1 2 3

Leave a reply