Donnie Darko: Analyse et Explications de la fin

film donnie darko

Les séances chez la thérapeute – Donnie et son inconscient

A cause de ses troubles psychologiques, de ses crises de somnambulisme et de ses tendances parfois un peu trop promptes à une forme d’agressivité, Donnie est dans l’obligation de consulter un thérapeute, le Dr Lilian Thurman (Katharine Ross). Nous le voyons ainsi, à plusieurs reprises, allongé dans un sofa et racontant ses rêves au Dr Thurman. Ce ne sont pas des scènes de sa vie quotidiennes que Donnie raconte mais des bribes de fiction puisées dans ses rêves et souvent liées à ses visions avec Franck, le lapin mystérieux.

Univers parallele dans donnie

Les séances chez la thérapeute permettent également à Richard Kelly de parler d’un autre sujet important dans son film : la religion. Donnie se confie sur ses croyances et sa solitude. Pour lui, « croire en Dieu est absurde si l’on meurt seul ». Cette simple phrase suffit à couvrir tout le film. Peut être même que l’apparition de tous ces éléments surnaturels, de Franck, et la recherche existentielle de Donnie est liée directement à sa phase de solitude.

Pour le Dr Thurman, Donnie est agnostique, et non athée. C’est à dire que Donnie ne croit pas en l’existence de Dieu sans preuves, mais reste assez ouvert pour concevoir la possibilité d’une présence.

Tous les sujets sont mêlés et c’est même pendant ces séances que Donnie s’ouvre sur sa sexualité. Il annonce qu’il ne pense qu’à cela presque toute la journée, aux filles, au sexe, et commence même à déboutonner son jean lors d’une séance d’hypnose avec sa psy… Moment gênant mais aussi révélateur du conflit interne de Donnie. Pourquoi décider de parler de sexe et de religion pendant les mêmes séances ? Kelly nous montre ainsi qu’il ne faut pas uniquement s’attarder sur l’univers semi fantastique du film, mais qu’il faut aussi replacer le personnage dans son contexte : il s’agit d ‘un adolescent seul, frustré, mal dans sa peau et qui se pose des questions, comme n’importe quel autre, sur la sexualité.

Lapin qui fait peur

Le Lapin

Le principal sujet de discussion lors de ces séances de thérapie ? Franck.
Franck est un lapin à taille humaine et au regard vitreux, qui apparaît à Donnie à des moments assez aléatoires. Au début, nous aurions pu penser qu’il n’apparaissait que pendant que Donnie dormait, mais nous nous rendons rapidement compte que ce n’est pas tout à fait vrai.

Le flux de questionnements qui résonne en nous à chacune des apparitions de Franck tourne surtout autour de ses intentions. Est-il un personnage « gentil » ou « méchant » ? Et pourquoi cette représentation spécifique d’un lapin pour converser avec l’inconscient de Donnie ? Le lapin est supposé être un animal rassurant et innocent mais celui-ci est représenté d’une façon démoniaque. L’esthétique du lapin « porteur de conseils » dans le film est plus qu’inquiétante, elle est même flippante. Cette créature s’appuie d’ailleurs sur des contradictions constantes : il s’agit d’un lapin, mais aux allures de squelette. Il donne des conseils à Donnie supposés l’aider à faire le « bien » mais ceux-ci sont ordonnés et extériorisés par une voix démoniaque et inquiétante.

Est-ce, par l’innocence que représente normalement un lapin, celui-ci ne représenterait-il pas l’innocence de Donnie ? Car cette créature que Donnie s’imagine porte clairement une esthétique maléfique mais le pousse consciemment à faire des actions particulières, sans aucune retenue.

Drew Barrymore

La professeure de littérature incarnée par Drew Barrymore montre à ses élèves un dessin animé à l’esthétique un peu trash, et dont les héros sont des lapins. Elle demande alors à ses élèves ce que représentent ces lapins. Ce à quoi Donnie réplique que ce ne sont que des lapins, des animaux que l’on chasse et qui n’ont pas de sentiments à proprement parler. Seulement, à cela, Gretchen s’empresse de répliquer que les lapins sont en réalité une métaphore de l’homme. Or, quoi de plus confus pour Donnie d’entendre ce type de discours, lui dont les rêves sont hantés par un homme-lapin, et ceci dans un contexte bien réel puisqu’il mène à un débat dans une salle de classe. La professeure en déduit alors que le film est tiré de la thématique du Deus Ex Machina : La machine de Dieu, représentée par le lapin, et donc l’homme. Dans le cas de Donnie, c’est exactement ça : il est la machine d’un lapin tout droit sorti d’une autre dimension et qui lui prophétise un avenir angoissant.

Richard Kelly s’amuse, tout au long du film, à faire des allers et venues entre l’inconscient et la réalité. Entre ce que Donnie rêve et une réalité bien trop exposée aux messages subliminaux.

Page suivante : Espace temps et univers parallèle

Vous pensez en savoir plus que nous ? Donnez nous votre avis en commentaire pour participer aux analyses et explications de films !

Total
1
Shares
6 commentaires
  1. Vos explications sont admirables. Merci de démêlé un minimum ce bourbier si complexe… Je compte le revoir une bonne 10ene de fois avant de mie faire une réel avis

  2. Donald ca fait penser à Donald Trump, mais au final c’est pareil ca fait aussi penser à de la naiveté enfantine du coup haha

  3. A savoir que la scène du dessin animé visionné en classe n’existe que dans la version Director’s cut !!!
    J’ai revisionné mon DVD hier soir et elle n’était pas inclue 🙂

  4. Le “dessin animé” visionné en classe n’est autre que l’adaptation animer du livre Watership Down, livre lui- meme etudié dans cette classe dans le courant du film! (Très bon livre au passage, mais gros pavé!)

  5. un film esthetisant, de maniere decalée, le suicide a travers un regard adolescent darko sur le monde et sur soi. le reste est metaphores et projections. tres beau film a montrer aux ados et jeunes adultes pour nourrir l esprit critique sur son choix

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Article précédent
tunnel_Kim Seong-hun

TUNNEL : un film catastrophe parfaitement exécuté

Article suivant
alien_covenant_explication

Alien Covenant : explication du film et de la fin

Articles sur le même sujet