Donnie Darko: Analyse et Explications de la fin

A l'aube de sa sortie en 2001, le film Donnie Darko génère, en réalité, un véritable flop aux États-Unis. Ce n'est que quelques années plus tard, et surtout, au sein d'un public anglais, que le film commence à faire parler de lui de manière plus élogieuse.

Synopsis

États-Unis - Fin des années 1980. Donnie Darko n'est pas un adolescent comme les autres et souffre de visions perturbantes à propos d'un lapin ayant voyagé dans le temps pour lui annoncer une fin du monde prochaine. A la recherche de réponses plus précises sur cet avenir menaçant, Donnie se renseigne sur la thématique du voyage dans le temps et tente ainsi d'en contrôler les effets sous peine d'assister à un un événement encore plus grave...

Sommaire

Quelques infos (lire ci-dessous)
Analyse du film
Donnie et son inconscient
Elements surnaturels
Explications de la fin

Donnie Darko au cinema

Le genre du film

Pour de nombreuses raisons, nous pourrions penser que Donnie Darko est un film d'horreur, ou même un « teen  horror movie » (film traitant sur les adolescents). Seulement, le film est capricieusement difficile à classer.

Richard Kelly s'intéresse à la thématique de la fin du monde, sans pour autant nous montrer cette dernière. Il s'amuse à nous lancer des indices sans pour autant nous donner des réponses précises de ce qui attend notre protagoniste. Une tension palpable couvre tout le film, et nous ne pouvons réellement expliquer ce qu'elle représente. Tout ce que nous savons, c'est que quelque chose de grave s'annonce, nous le sentons, et ce qui est d'autant plus ingénieux de la part de Richard Kelly, c'est qu'il nous prévient presque du fait que nous ne pourrons rien faire pour empêcher ce mal inconnu d'arriver. Nous ne pouvons que l'anticiper sans le comprendre.

Le personnage

Donnie Darko est un personnage atypique dans le sens où ne représente pas nécessairement l 'ado en pleine crise. Du moins, il ne s'agit pas d'une crise d'adolescence, mais plutôt d'une crise existentielle. Donnie fait des crises de somnambulisme inquiétantes, et la réalité qui l'entoure lui échappe parfois. Le réalisateur fait tout pour que nous ressentions de l'empathie pour Donnie et qu'ainsi, nous ne le prenions pas pour un « fou ». Sorti hors de son contexte (s'il y en a bien un) Donnie peut effectivement sembler fou. Le fait de fantasmer et de suivre les ordres d'un lapin géant nommé Franck ne peut être aperçu que de manière dérisoire.

Donnie darko tueur

Richard Kelly a tenu à appeler son personnage principal Donnie Darko. Or, le nom même est connoté et souligne déjà un caractère atypique et décalé.
Ainsi, même Gretchen, la petite amie de Donnie, lui fait la remarque la première fois qu'ils se rencontrent en lui demandant ce que représente son nom, et lui disant aussi que son nom sonnait un peu « Super héros ». Ce qui assez ironique, en soi, puisque Donnie a effectivement une forme de pouvoir. Seulement, ce pouvoir, dans le monde adulte n'en est pas un. Il s'agit davantage d'une maladie et c'est en cela que Kelly ironise sur ses personnages de manière intrinsèque.

Donnie est ainsi le diminutif de Donald, nom qui nous ferait penser, aux premiers abords, à Donald Duck. Ce qui renvoie donc à une forme de pitrerie et de naïveté enfantine à la fois. Quant au nom de famille Darko, le choix n'en est que plus intéressant car il renvoie directement, et sans ambiguïté, à quelque chose de mauvais, ou d'inquiétant (Dark en anglais signifiant sombre). Nom d'autant plus révélateur que Donnie semble davantage être lui-même dans l'obscurité, là où son imaginaire lui joue des tours.

Page suivante : résumé et analyse

1 2 3 4 5

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :