Ghost in the shell : Analyse et explications de la fin

Scarlett Johansson

Explications de la fin et théories

A la fin du film, plusieurs points restent en suspens. Que devient Kuze ? La section 9 ? La Major ?

Juste avant de se faire abattre par les snipers de l’hélicoptère, Kuze propose au Major de partir avec lui. Qu’entend-il par là ? On peut supposer que son Ghost quitte le corps robotique, mais aussi le cerveau d’Hideo, pour rejoindre le réseau. Ainsi, il n’est pas vraiment mort. Sa conscience continuera à exister et on peut supposer qu’il pourra communiquer avec le major dans une éventuelle suite. A moins que les scénaristes souhaitent le faire poursuivre ses agissements de pirate terroriste, auquel cas il resterait un adversaire, et pourrait ainsi devenir le “Puppet Master” du film de 1995.

Takeshi Kitano

Pour ce qui est de la section 9, on voit bien qu’elle va continuer ses missions de lutte anti-terrorisme et que Tomoko en fait toujours partie. Cepandant, comme elle le dit très bien en “voix over”, les expérimentations vont continuer. Et lorsqu’elle dit cela, l’image montre le personnage d’Haramaki (incarné par Takeshi Kitano), le chef de la section 9. Est-ce lui qui va donc poursuivre les expériences sur la création de cyborgs ? Pourrait-il devenir un ennemi du major, profondément opposé à ces expériences sur des êtres humains non consentants ?

Le plan final nous montre un major toujours au même point dans ses actions : elle lutte contre les terroristes. Mais cette fois-ci, elle est en paix avec elle-même et son passé. Une suite reste possible, tant l’univers de Ghost in the shell est riche, mais la fin ne se veut pas tant ouverte que cela et le film se suffit à lui-même. Ce n’est pas un film pensé comme un lancement de franchise, même si cela reste possible en cas de gros succès au box-office mondial

Page suivante : hommage et influences

Vous avez certainement des choses à ajouter : exprimez-vous en commentaires !

Total
100
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Article précédent
your_name_kimi_no_na_wa_affiche

Critique de Kimi No Na Wa (Your Name) de Makoto Shinkai

Article suivant
train_cinema_muet_suisse

Regards sur le cinéma muet suisse du 19 avril au 2 mai à la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé

Articles sur le même sujet