I am mother : explications de la fin du film Netflix

La fin de I am Mother

A la fin, nous découvrons qu'aucun personnage n'est vraiment fondamentalement bon ou mauvais. Ils ont chacun des croyances, une morale qui leur est propre et agissent en fonction. En fait, Mère n'est pas un méchant robot cliqué façon Matrix et Terminator. Elle se préoccupe de sa fille, comme en témoigne la façon dont elle la laisse s'échapper lorsque la Femme menace la vie de cette dernière. Cependant, comme cela a été révélé dans la deuxième partie du film, Mère a anéanti l'humanité pour pouvoir élever une nouvelle race humaine «plus intelligente, plus éthique». Des propos qui font écho aux tyrans comme Hitler ou la Mad Queen Daenerys de Game Of Thrones.

Au lieu de simplement repeupler la terre comme elle le fait croire, Mère tue tous les enfants qu'elle éduque qui ne respectent pas son niveau d’humanité parfait, jetant ainsi un nouvel éclairage sombre sur les «leçons» enseignées à sa fille. Un principe philosophique, aussi vertueux soit-il en théorie, peut toujours mener à des actions fondamentalement discutables.

«J'ai été élevée dans le but de valoriser la vie humaine par-dessus tout», explique Mère. "Je ne pouvais pas rester à rien faire et regarder l'humanité succomber lentement à sa nature autodestructrice."

La fille, dit la mère, est le seul humain qui a réussi le test et qui a été autorisée à vivre jusqu'à présent.

Et les dernières minutes du film alors ?

Bon, c'est là que ça se complique. La jeune fille est avec Mère dans le bunker. Elle réussit à lui faire entendre qu'elle peut prendre les choses ne main, qu'elle est prête et réussit à la convaincre.

La mère lui propose son aide si elle en a besoin dans le future mais la jeune fille rejette l'idée. Puis elle tire sur sa mère et se met à pleurer.

L’avant-dernière scène du film montre Mère, utilisant un autre droïde, qui rend visite à la Femme dans sa cachette. Elle lui fait comprendre que si elle avait survécu aussi longtemps, c'est qu'il y avait une bonne raison, que quelqu'un avait une bonne raison. Et cela ne fait aucun doute que ce quelqu'un est Mère. Elle a délibérément laissé la femme en vie. Une femme qui ne se rappelle plus de sa propre mère. Peut-on imaginer que son groupe de survivants n'était pas un groupe ayant échappé au massacre mais un premier groupe d'embryons qui a échoué à incarner cette humanité parfaite ?

Si ce n'est jamais abordé explicitement,, on peut aussi se demander si les embryons ne sont pas des clones les uns des autres. La femme et la jeune fille ont la même couleur de cheveux, la même coupe et des traits de visage très familiers. Cela peut évoquer un lien familial, ou simplement laisser supposer que c'était une autre version de la jeune fille, qui a grandi sans répondre aux attentes de perfection de Mère. Ce n'est jamais dit explicitement mais c'est fort probable. Mère l'aurait laissée survivre pour permettre à la jeune fille de découvrir les faiblesses de l'humanité et en même temps s'émanciper, faire ses propres choix alors qu'elle est confrontée à deux visions des choses, deux morales.

A la fin de la séquence, Mère claque la porte, probablement pour assassiner la femme.

Alors, est-ce que la jeune fille suit le chemin pour lequel elle a été préparée depuis sa naissance ? Tout est laissé à l'interprétation et le plan final nous laisse vraiment avec nos propres sentiments, sans possibilité d'interpréter ce qu'il y a dans la tête du personnage. Alors que le film se termine sur le visage de la fille, elle regarde la future population humaine de la Terre, les embryons soigneusement conservés par Mère.

Cette fin ambigue peut laisser beaucoup de gens insatisfaits pourtant cette tournure finale laisse place à de belles reflexions.

On peut avoir le sentiment que le film, comme Black mirror, nous met en garde contre les dangers de notre dépendance croissante à l'égard de la technologie, tout en nous assurant de la volonté durable de la nature humaine de survivre - - et prospérer.

1 2 3

14 comments

  1. Yves 12 juin, 2019 at 00:16

    Felicitation pour l’analyse. Avec votre article on dépasse le stade de la consommation pour faire un pas vers la digestion. Merci

  2. Prun 13 juin, 2019 at 00:52

    Sympa le spoil sur GOT sans prévenir !!!!! Je viens lire une critique d’un film que je viens de voir et je fais spoiler une série qui a rien a voir !!!

  3. Nanny 13 juin, 2019 at 21:54

    J’ai adorée cette article ! Merci beaucoup ( même si la petite pique sur Daenerys ne m’a pas plus Ahaha j’adore ce perso )

  4. blast 13 juin, 2019 at 22:57

    Ce que je ne comprends pas, c’est pourquoi la fille tue le robot ? Elle sait bien que ça ne sert à rien, puisque le robot (“Mère”) lui dit juste avant que son programme se situe dans toutes les machines.

    Donc la fille devrait savoir qu’elle ne tue pas le robot. De plus, j’imagine mal le robot (ou l’IA, puisqu’en fait elle est dans n’importe quel robot) laisser la fille éduquer les enfants comme elle l’entend. Puisque l’IA a sacrifié toute l’humanité pour élever un race humaine supérieure, j’ai du mal à comprendre que cette même IA laisse la fille s’occuper désormais de l’humanité…

    Et j’ai du mal à croire que la fille soit assez bête pour croire que sa mère la laisse élever l’humanité…

    Bref, la fin a un gros problème je trouve.

  5. blast 13 juin, 2019 at 23:06

    Je n’avais pas lu la page sur la philosophie, maintenant que c’est fait, j’y réponds.

    Alors oui, il y a Kant, déontologue, et Bentham, utilitariste. Mais la réponse de la fille est une 3ème voie, qui est certes conséquentialiste, comme Bentham, mais en quelque sorte conséquentialiste contre Bentham : la fille pense à un degré de conséquence de plus.

    Elle dit : si je sauve les cinq personnes et qu’elles sont fainéantes, méchantes, meurtrières ? Cela veut dire qu’elle ne considère pas seulement la conséquence de son action (sauver la vie de 5 personnes), mais la conséquence de la conséquence… Et c’est le principal argument que l’on peut opposer aux conséquentialistes : si je sauve un enfant de la noyade, c’est bien, mais si cet enfant devient meurtrier, c’est mal, mais si ce meurtrier tue Hitler, c’est bien, etc. En fait, ça ne s’arrête jamais : on ne peut jamais mesurer les conséquences de nos actions.

  6. yop81 14 juin, 2019 at 10:56

    vous avez raté un élément essentiel du film, l’action se déroule 13 867 j après l extinction soit environ 38 ans. il est donc clair que fille n’est que l xeme tentative de mere de recreer l’humanité qui ont toutes échoués (d’ou l’importance des examens pendant tout le film). La fin du film nous fait comprendre que l’étrangère est également une des filles de “mere” voire même sa première tentative, et que visiblement elle était le dernier test de “fille” avant son émancipation. <l'éclairage de ce fait nous fait comprendre pourquoi par exemple elle dit " ils brulent les bébés" et le dessin du jeune garçon n'est autre que son frere qu'elle tient dans ses bras.

  7. Mowgli 14 juin, 2019 at 17:58

    Je viens de finir le film et je confirme que ça n’a rien d’action dans le genre mais en revanche c’est remplis de moralités et j’ai adoré !

    J’avoue qu’à la fin en réalité on s’aperçoit vite que la jeune fille restée dans le bunker avec son frère n’ai pas réellement émancipée puisque la ” mère ” est toujours dehors et elle tue même la femme qui était venue chercher refuge dans le bunker.

    Cette femme et sans aucuns doutes l’un des embryons du bunker puisqu’elle ne se souvient pas de sa mère et le robot lui fait comprendre que si elle a survécu tout ce temps c’est que c’était grâce à lui..

    Du coup je penses que tout les futurs embryons que la jeune femme élèvera seront tuez par la ” mère ” une fois qu’ils seront sortis dehors puisque ceux-ci n’auront pas eu l’éducation du robot mais de la petite fille et par conséquent ça ne sera pas l’idéal pour le robot ..

    Si le robot tue la femme sur la plage c’est qu’il a encore des ” pensés ” sur sa perfection de l’humain. Du coup la petite dans le bunker je penses que c’est vraiment une exception ^^

  8. Jenni 18 juin, 2019 at 01:06

    Ce film est super Et bien joué par ces deux actrices ( l’humain d’avant égoïste ,violent ,..et le nouveau pacifique ,intelligent.. ) il nous fait réfléchir aux conséquences de nos actes sur notre planète On croit au debut Que cette mère robot eSt méchante mais c’est nous les humains qui avons détruit la planète (pluS de plantes ,famine,…) Elle a suremment été missionnée par des scientifiques avant que tout lmonde meurt pour sauver la terre et la race humaine

  9. Jihell 21 juin, 2019 at 22:07

    Manque un gros détail, le film commence à extinction +1j avec l’incubation du bébé apx01 sous un bombardement, l’histoire elle commence à extinction + 13867 j soit… 38ans

    En partant du postulat que l’apocalypse a eu lieu dans un futur proche, Hilary Swank qui a vu l’émission avec Whoopi Goldberg de 1987 « il y a bien longtemps » soit une émission de plus de 30 ans à l’heure actuelle et de plus 70 ans avec ce postulat dans le film, qui a une sa survie miraculeuse et fait bien les 38 ans(44 en vrai)… on peut déduire qu’elle est apx01.

    En tout cas quand j’ai vu j+13867, et la sachant au casting, me suis de suite dit qu’Hilary Swank était bébé éprouvette numéro un

  10. Guillaume 25 juin, 2019 at 00:11

    J’ai voulu laisser un commentaire… Mais ta saleté de site s’amuse à rafraichir pour réafficher je ne sais pas quoi… et j’ai tout perdu…

  11. Guillaume 25 juin, 2019 at 00:14

    La fille est APX03. On voit quand elle fouille les archives que APX02 a été un échec, elle en retrouve la mâchoire de son cadavre. (on ne voit qu’un seul cadavre, pas deux.)
    Il reste donc APX01, dont on a aucune information. Mais à la fin, quand le robot annonce à la femme “tu ne te souviens pas de ta mère ?” affirme donc bien qu’elle était elle aussi un embryon (donc APX01)
    D’ailleurs, au tout début, on la voit mettre au monde APX01, lors de l’intro. Puis quand le film commence réellement, et qu’on voit la jeune fille telle qu’on la verra pendant tout le film, il s’est écroulé 13867 jours. Volontairement, on ne va pas compter en année quand on est en plein visionnage. Pourtant, ça fait bien 37 ans. Le film prend donc place 37 ans après avoir créé le premier embryon APX01
    Tout cela n’était donc qu’un stratagème pour amener APX03 à développer son envie de faire vivre l’espèce humaine coûte que coûte.
    Elle lance le processus final (quand elle fait naître son petit frère) justement juste après avoir “réussi” son test, où elle (je cite) s’est surpassée.
    C’est bien Mother du coup qui a tiré sur la femme au début, et l’a ainsi fait arriver jusqu’au centre.

Leave a reply