Invisible Man : explication du film et de la fin

Adrian, une victime invisible ?

Le dîner à la fin du film est en fait la première fois ou nous les voyons Cécilia et Adrian interagir l'un avec l'autre, dans un contexte clairement identifiable. Ce n'est pas un monstre invisible. Elle ne court pas pour sa vie. Il est charmant, apologétique, prévenant, comme beaucoup de pervers narcissiques. Mais aussi comme des hommes bienveillants peuvent l'être.

Si nous avions été témoins de son comportement de contrôle avant l'évasion de Ceclia, ou lors d'un flashback à un moment donné au milieu du film, nous saurions avec certitude qu'il est un vrai manipulateur, qu'il est toxique. Toutefois, le manque d'éléments laisse la porte ouvert à d'autres alternatives : et si Cécilia se sentait persécutée à tort dans cette relation ?Parfois, dans une relation toxique, la responsabilité est partagée, et il ne faut pas oublier qu'elle a elle même choisi de lui mentir sur le fait d'avoir un enfant ? Attention, nous ne cherchons surtout pas à détruire le propos féministe du film ou à rejeter la faute sur Cécilia.

Encore une fois, tel qu'il est conçu, le film la place dans la peau de la victime et nous avons de l'empathie pour elle. Toutefois, cette fin ouvre réellement la porte à d'autres lectures possibles, et à l'heure de #metoo, il est très important de faire la différence entre ce qui est certain et ce qui est probable.

Le film flirte volontairement avec les zones d'ombre. Le fait même qu'Adrian, au cours du diner, utilise le mot "surprise", qui est le premier prononcé à Cécilia par l'homme invisible dans l'hôpital psychiatrique, n'est pas une preuve de sa culpabilité, mais une volonté des auteurs de renforcer le doute. Elle entend ce mot "surprise" de la bouche de l'homme invisible alors qu'elle est sous médicaments. Et même si c'est réel, Tom est le frère d'Adrian, il le connaît suffisamment pour pouvoir communiquer comme lui. Cécilia considère ce "surprise" au diner comme une confirmation, celle de son point de vue, mais encore une fois, ce n'est pas un fait tangible.

Poussée à bout psychologiquement par Tom (et peut être par Adrian) elle a besoin de se libérer, et elle le fait, probablement, en tuant Adrian. Son attitude et la présence du costume dans son sac vont dans ce sens, bien sûr. Notre ressenti des évènements et des comportements nous dit qu'elle le dit. Mais encore une fois, la séquence est suffisamment bien construite pour que rien le prouve. Oui, il est fort probable qu'elle enfile le costume et l'égorge, mais cela n'est pas certain à 100%. Nous n'avons pas d'aveu d'Adrian mais nous n'en avons pas non plus de la part de Cécilia lorsqu'elle sort de la maison et discute avec Adrian. Un aspect supplémentaire pour renforcer la théorie selon laquelle Cécilia n'est pas toute blanche dans l'histoire ?

Toues ces éléments incertains nous révèlent une chose : Le film de Leigh Whannel est construit autour d'un point de vue féminin, mais pas forcément féministe, puisqu'il fait le choix de l'ambiguïté et de l'incertitude. Et vous, qu'en pensez-vous ?

1 2 3 4

2 comments

  1. Arthur 6 avril, 2020 at 16:21

    Peut-être que vous-même pouvez trouver ici différents films que vous pouvez regarder gratuitement https://skstream.tube/biopic/ Le site est très approprié pour vous et vous devriez l’étudier vous-même, car il y a beaucoup de films sympas.//

Leave a reply