Cannes 2012 : Critique Sur la route de Walter Salles

Sur la route (On the road), symbole de la beat generation, est un livre culte. Considéré comme l'un des plus grands romans du XXe siècle, ce livre de Jack Kerouac, autobiographique, retrace les aventures de l'auteur à travers les États-Unis. Le film adapté du livre, réalisé par Walter Salles, bénéficie d'un casting en or : Garett Hedlund, Kristen Stewart, Sam Riley mais aussi Kirsten Dunst, Viggo Mortensen ou encore Steve Buscemi ! Présenté en sélection officielle au festival de Cannes 2012, le film est-il à la hauteur de la réputation du livre ?

Synopsis

Au lendemain de la mort de son père, Sal Paradise, apprenti écrivain new-yorkais, rencontre Dean Moriarty, jeune ex-taulard au charme ravageur, marié à la très libre et très séduisante Marylou. Entre Sal et Dean, l’entente est immédiate et fusionnelle. Décidés à ne pas se laisser enfermer dans une vie trop étriquée, les deux amis rompent leurs attaches et prennent la route avec Marylou. Assoiffés de liberté, les trois jeunes gens partent à la rencontre du monde, des autres et d’eux-mêmes.

Critique Sur la route de Walter Salles

Commençons par les points positifs : Les acteurs sont excellents, à commencer par Garrett Hedlund, découvert dans Tron Legacy et véritablement révélé dans son film. Il donne littéralement corps à Dean Moriarty et réussit à incarner avec justesse le personnage, le phénomène décrit dans le roman. Le reste du casting, composé de jeunes talents et de stars confirmés, est également à la hauteur de l'évènement.

Garrett Hedlund, révélation de Sur la route

Ajoutons à cela une adaptation plutôt fidèle, une photographie splendide et une mise en scène plutôt intelligente, et le film de Walter Salles semble avoir tous les arguments de son coté. Oui mais ce n'est pas aussi simple que cela ! Car le film souffre des mêmes défauts que le livre, et de quelques uns ne plus.

Tout d'abord, parlons un moment du livre. Celui-ci est considéré comme l'un des grands livres du XXe siècle. Cela tient certainement à sa genèse : une rédaction quasi non stop, sur un manuscrit de pages scotchées les unes aux autres, en seulement trois semaines. Pour autant, le livre s'avère assez long à lire et dénoué de réel fil conducteur. Malgré des personnages attachants, il est difficile de rester captivé et plusieurs parties du voyage s'avèrent véritablement inintéressantes. Si l'ensemble reste intéressant à lire et ne laisse pas insensible une fois le livre terminé, la lecture est trop chaotique pour passionner réellement.

Sur la route avec Kristen Stewart

En fait, le film de Walter Salles souffre des même problèmes : on y découvre des moments de vie à l'intérêt plus ou moins inégal, enchainés à un rythme encore plus effréné que le livre et on ne comprend pas bien ou veut en venir l'auteur. Certains passages du livre sont maintenus mais écourtés au maximum. Ils sont alors plutôt inintéressants et alourdissent inutilement le film. A aucun moment on ne se sent réellement emporté par cet appel de la route, ce désir de liberté qui guide ces jeunes moins insouciants qu'il n'y parait.

Si deux ou trois scènes viennent sublimer l'ensemble, Sur la route n'est pas forcément à la hauteur des attentes. Pour de vraies réflexions sur des jeunes en décalage avec la société, couplées de grands films, foncez voir American Pie 4 revoyez plutôt The Graduate ou Into The Wild.

Laisser un commentaire