Critique du pilote de Section Zéro d'Olivier Marchal

Lundi soir, la célèbre chaîne cryptée revient avec une nouvelle création originale. Rien de moins qu'une série mise en scène et scénarisée par Olivier Marchal. Vous vous rappelez de Braquo ? Et bien c'était lui, et on se dit alors qu'une série policière d'anticipation avec monsieur Marchal aux commandes, ça devrait bien le faire.

Synopsis

En Europe, dans un futur proche, les Etats endettés ont renoncé à leur souveraineté au profit de multinationales, immenses agrégats économiques ultra-puissants. Parmi ces nouvelles "sociétés titans", Prométhée, l'une des plus puissantes et dangereuses, ne cesse d'étendre son emprise sur la Fédération. Son but : remplacer la police par une milice privée, le Black Squad, dirigée par le dangereux Munro, et créer une armée d'hommes robotisés, les Mékas. Sirius, flic idéaliste, veut se battre pour empêcher la disparition du monde dans lequel il a vécu. Il va entrer en résistance et diriger un groupe d'élite, la Section Zéro, qui utilise tous les moyens, y compris l'illégalité et la violence. Derrière ce combat politique se joue également pour lui le combat d'un père et d'un mari pour retrouver les siens.

Critique

section_zero_mad_maxSi on connaît bien le genre de l'anticipation version US, on aurait pu craindre la version Made in France. Et pourtant, il n'en est rien. Tournée dans les studios de Nu Boyana (connu pour The Expendables par exemple) et décors naturels en Bulgarie, Section Zéro est riche en références maîtresses dans la dystopie d'anticipation des années 70-80. On retrouve ainsi une forte inspiration de Mad Max sur les voitures (à tel point qu'il est difficile parfois de retrouver leurs origines), du Blade Runner et Total Recall pour l'ambiance des quartiers chauds de la ville. Quant à la séparation ville haute des riches et ville basses pour les pauvres, on se rappellera les films Upside Down ou Elysium.

Malheureusement, si l'ambiance est là, on n'échappe cependant pas à quelques clichés dont on se serait volontairment passé. Ainsi tous les écrans présentent des terminaux avec quelques lignes de code et les méchants et les boîtes de nuit malfamées diffusent du métal... sérieusement ?

section_zeroCôté narration, ce premier épisode se permet de poser l'histoire en prenant son temps, au risque d'avoir l'impression qu'il ne se passe pas grand chose. Ce n'est pourtant pas un mal : ça change des ellipses improbables ou l'on a du mal à comprendre les subtilités  de l'histoire.

Enfin, la fin de l'épisode nous met face à de plein de possibilités et de source sûre, on sait déjà qu'il va se passer quelque chose dans l'épisode 3. Donc laissez une petite chance à la série de vous attraper !

Ici en tout cas, on espère que l'histoire nous apprendra les origines de la puissance de Prométhée et ne se concentrera pas exclusivement sur la Section Zéro, des scènes d'action et de courses poursuites. Bref, à suivre !

section_zero_affiche

Bande-annonce

Laisser un commentaire