#Gérardmer2017 : Critique de Clown de Jon Watts

Clown était sans conteste l’un des films les plus attendus de Gerardmer. Attendu mais aussi surveillé, en raison de son réalisateur, Jon Watts, qui va être le prochain réalisateur de Spiderman. C’est le seul film qu’on ait en France pour pouvoir jauger Watts, et autant dire que maintenant on est plutôt confiant.

Synopsis :

Lorsque le clown engagé pour animer l'anniversaire de son fils leur fait faux bond, un père de famille doit prendre la relève et lui-même revêtir un déguisement de clown pour assurer le spectacle. Mais très vite, il réalise que le costume est devenu une seconde peau dont il ne pourra se débarrasser. A moins d'accomplir une mission macabre...

441987-jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxxCritique

On a d’abord eu peur quand on a vu que le film était produit par Eli Roth. Puis en cinq minutes on est immédiatement rentré dedans. En un instant, il nous emporte, nous prend et ne nous lâchera quasiment plus. Avec une réalisation soignée et très efficace, les éléments s’installent pour nous plonger dans l’horreur que Kent et Meg vont devoir vivre. Jon Watts réussit à ne pas confondre vitesse et précipitation, et implante une plongée dans l’horreur en sachant prendre son temps.

252093-jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxxLe cinéma d’horreur et les clowns, c’est un classique. On pense évidemment tout de suite à Ça. Sans réinventer le genre, le film est bon dans son propos. On parvient à y croire sans problème, et la cohérence est au rendez-vous. Il n’y a pas de surenchère inutile, que ce soit avec la réalisation qui n’abuse pas des procédés du cinéma de genre et où durant tout le film elle va se mettre au service de son scénario avec une très grande efficacité ; ou que ce soit avec l’hémoglobine et les morceaux de cervelle. On est toujours dans un bon dosage.

Là où le film fait fort, c’est qu’il va de plutôt bonne manière équilibrer humour (noir) et horreur. On rigole presque autant qu’on sursaute, et toujours au moment voulu par la réalisation. Le scénario ne laisse pas de place au hasard, et aussi bien l’histoire que les personnages sont convaincants. On s’attache à chacun d’entre eux, d’abord Kent et sa peur de ce qui lui arrive, son incompréhension et son impuissance face à ce costume qui prend possession de lui, puis après à Meg, qui est déchirée entre l’envie de sauver son mari et la nécessité de protéger leur fils. On y croit à tous les instants.

248030-jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx-2Malgré tout, le film n’est pas sans défaut, et on regrette quelques moments creux et une certaine longueur. On apprécie ce que l’on voit, mais on aurait préféré un fin plus rapide. Quand on approche du dénouement, on surprend une certaine lassitude en nous. Clown reste drôle et horrifiant, mais le tout manque de surprise. Comme on l’a dit, Jon Watts ne fait pas dans l’original. Ce qu’il fait, il le fait avec une certaine réussite, mais ne va pas prendre de grands risques. Le spectateur peine donc à être surpris, malgré un film bien ficelé.

C’est un film d’horreur, et il réussit assez bien dans ce registre en gardant le spectateur plongé dans l’histoire. Et surtout il nous rassure sur Jon Watts, en montrant que même s’il n’est pas dans une originalité confondante, il est dans une efficacité certaine.

Laisser un commentaire