Shakespeare au cinéma : Critique du film Cymbeline

Dans le cadre du festival du film de Busan, j'ai eu l'opportunité de voir le film Cymbeline, qui n'a toujours pas de date de sortie en France. Il s'agit d'une nouvelle adaptation d'une pièce de Shakespeare, avec un casting assez impressionnant regroupant Dakota Johnson (50 nuances de Grey), Ethan Hawke (Boyhood), Ed Harris, John Leguizamo et encore plein d'autres. Cette relecture moderne est-elle à la hauteur du mythe ?

Synopsis

Cymbeline relate l'affrontement entre des flics pourris et une bande de dealers de drogue dans l’Amérique corrompue du 21e siècle. Au milieu de cette barbarie, deux être essaient de s'aimer...

Critique du film

Sur le papier, Cymbeline a tout pour plaire. La pièce bénéficie d'une intrigue très similaire à Romeo et Juliette, avec un peu de Beaucoup de bruit pour rien. Pour ce qui est de la forme, il s'agit d'une adaptation moderne, façon Romeo + Juliette, reprenant les textes de l’œuvre d'origine dans un environnement qui n'est pas sans rappeler celui de Sons Of Anarchy.

dakota-johnson-cymbelineEt pourtant, le résultat est vraiment très loin d'être convaincant. Durant la première partie du film, on prend assez de plaisir à voir se ficeler les différentes intrigues, même si les manigances et autres love story ont un aspect de déjà vu. Hélas, plus le film avance et plus les intrigues laissent place à des affrontements et des séquences qui frisent le ridicule. Si le texte de Shakespeare n'est pas à remettre en cause, certaines révélations, dans le film sonnent vraiment "too much" et il est très difficile d'y croire. Le final est ainsi particulièrement raté, et si je ne m'ennuyais pas autant, j'aurais presque pu en rigoler.

Micheal Almereyda, le réalisateur du film, s'efforce de faire le strict minimum, et c'est peut être ce qui dessert le plus le film. Avec une réalisation sans inspiration on se focalise sur les textes, et forcément, ils manquent parfois de cohérence dans une adaptation moderne. Baz Luhrmann (Romeo + Juliet) et Joss Whedon (Beaucoup de bruit pour rien) restaient fidèle au texte de Shakespeare, mais leur mise en scène permettait de faire de leurs films des réussites. Dans Romeo + Juliet, l'excentricité des décors, des costumes, du jeu des acteurs rendaient tout à fait cohérent des textes en décalage avec l'époque puisque tout était décalé. Dans Beaucoup de bruit pour rien, Joss Whedon utilisait les mouvements des acteurs, de caméra, pour créer des décalages et imposer sa pâte, si bien que parfois on ne faisait même plus attention à la spécificité des dialogues, puisque l'on se focalisait sur l'image. Rien de tout ça avec Cymbeline, qui propose une mise en scène sans aucune inspiration.

Coté interprétation, il n'y a pas grand chose non plus à retenir. Si les jeunes premiers comme Dakota Johnson et Anton Yelchin n'ont pas grande chose à se reprocher, à aucun moment les grands acteurs que sont Ethan Hawke ou Ed Harris ne nous impressionnent par leur talent...Au final, il est difficile de faire ressortir des arguments en faveur de ce film à l'intérêt plus que limité. Lisez directement l'original ou (re)découvrez les autres adaptations citées plus haut, vous ne perdrez pas votre temps.

Bande annonce VO de Cymbeline

Shakespeare au cinéma : Critique du film Cymbeline

Ce sujet a 0 réponse, 1 participant et a été mis à jour par  Christopher Guyon, il y a 3 ans et 3 mois.

Affichage de 1 message (sur 1 au total)
Répondre à : Shakespeare au cinéma : Critique du film Cymbeline
Vos informations: