Analyse et explication du film le Lauréat de Mike Nichols

Explication de la fin du Lauréat

La fin du Lauréat est une fin totalement ouverte qui laisse une énorme place aux interprétations. Nous en avons déjà parlé quelques fois dans le courant de cette analyse, et il est intéressant d’y revenir.

le_laureat_busRevenons sur nos deux héros, à leur montée dans le bus. Benjamin n’a plus de voiture, est à pied, et la famille Robinson est au fait de ses frasques avec Mrs. Robinson (qui semble le haïr cordialement depuis que ce dernier s’est épris d’Elaine). Elaine quant à elle est mariée devant Dieu avec Carl Smith, son crush de Berkeley (mais sans être enceinte, contrairement à sa mère à son époque). Elaine, bien que sachant l’histoire entre sa mère et Ben, semble prête à dépasser cela pour partir avec ce dernier… suivant ainsi le chemin tracé décidé au moins par les parents Braddock.

Elaine accepte de fuir avec Benjamin, mais accepte-t’elle de faire un bout de chemin avec lui (à défaut de sa vie) ? C’est le message que semble nous donner Mike Nichols en les mettant dans un bus. Dans un bus, on fait un bout de chemin ensemble, et l’on peut en sortir à tout moment, seul, ou à deux. Rien ne nous dit donc que nos deux tourtereaux (?) resterons ensemble. D’ailleurs, Elaine ne devrait elle pas divorcer déjà ?

Nous l’avons vu, dans le bus, Mike Nichols revient à un cadre fort et à des plans plus serrés sur les personnages. De cette manière, il met en scène la pression, l’oppression que subissent Ben et Elaine à nouveau dans le bus. Oppression des parents de Ben qui voulaient le voir en couple avec Elaine, mais aussi l’oppression de l’ancienne génération (tous les autres occupants du bus) qui observent étonnés le couple. Ils sont tous dans le même bus, ancienne comme nouvelle génération. Et si la nouvelle y est entrée d’une manière peu conventionnelle, osera-t’elle en sortir de la même manière ?

le_laureat_bus_vieuxIl y a deux grands doutes sur cette fin. La première porte évidemment sur le couple Elaine / Ben. La seconde, sur la capacité de la jeunesse de 1967 à briser les chaînes des générations précédentes. Pour le second doute, seul l’avenir nous le dira, et la réponse dépendra grandement du spectateur de 2017 qui regarde à nouveau le film. Comment cette jeunesse, maintenant appelé les « baby-boomers » a-t’elle renversé, ou non, les codes établis par leurs parents ?

Revenons donc à la première interrogation, la pérennité du couple formé par Benjamin Braddock et Elaine Robinson. Après une entrée fracassante dans le bus et une joie non dissimulée (joie d’avoir cassé les codes et mis un coup de pied notable dans l’autorité parentale, sociétale et religieuse), comment se comportent-ils ? Leurs visages se ferment, Elaine se tourne interrogatrice vers Benjamin qui ne lui accorde pas un regard. Si briser les chaînes était facile, il ne l’est pas autant de reconstruire derrière. N’oublions pas que Benjamin dévoile également ses sentiments envers Elaine après la pression de ses parents et une rébellion envers Mrs. Robinson, mais l’aime-t’elle vraiment ? La question se pose également dans l’autre sens. Si Elaine a une certaine tendresse envers Ben, elle l’a haït un peu plus tôt en découvrant sa relation avec Mrs. Robinson, et finalement est peut-être plus heureuse de briser le mariage imposé par ses parents que d’être dans le bus avec Ben.

Son regard envers Ben est vu comme une question. L’aime-t’il ? Que vont-ils faire maintenant ? Et vont-ils le faire avec le même panache que la sortie de l’église ? Ce regard montre également un renversement de la société qui n’a pas encore eu lieu. Elaine semble demander à Ben de choisir pour elle… on est encore loin de la révolution féministe !
le_laureat_bus_regardLe fait que Ben ne la regarde pas est aussi un signe de peur. Il peut très bien se demander si il n’a pas fait une « connerie ». Il ne sait pas quelle continuation donner à cette histoire, quelle vie mener.

Nos deux héros sont donc perdus, et ne savent pas comment verbaliser ce qui leur arrive, d’où le fait qu’après le rire, seul le silence prévaut. Silence accentué par la célèbre chanson « The Sound of Silence » de Simon & Garfunkel qui démarre. Chanson qui elle-même traite de la difficulté de communiquer, de partager, de ces moments où finalement, seul le silence reste alors qu’on aimerai tous le rompre.

La vie n’est plus tracée comme pour leurs parents, et nos deux jeunes adultes ne savent plus où aller… donc ils sont dans ce bus, sans savoir où il va, ni quand ils en sortiront…

Lire la suite : Le Lauréat, une inspiration pour les films à venir

Pensez à passer par la case commentaire pour alimenter les débats et ajouter vos théories !

1 2 3 4 5

1 comment

Leave a reply