Ghostland : explications du film et de la fin

Six ans après The Secret, pour lequel nous avions pu l'interviewer, la réalisateur français Pascal Laugier est de retour avec un nouveau film tourné en langue anglaise : Ghostland, un nouveau trip horrifique dans lequel il prend jeu à martyriser ses comédiennes. Et comme à chacun de ses films (et on vous les recommande tous, surtout Martyrs justement), l'horreur et le cauchemar ne sont pas gratuits. La violence et le gore ne sont pas inutiles. Ils servent un propos plus qu'intéressant, même si certains spectateurs pourraient trouver le film un peu complexe.

Synopsis

Suite au décès de sa tante, Pauline et ses deux filles héritent d’une maison. Mais dès la première nuit, des meurtriers pénètrent dans la demeure et Pauline doit se battre pour sauver ses filles. Un drame qui va traumatiser toute la famille mais surtout affecter différemment chacune des jeunes filles dont les personnalités vont diverger davantage à la suite de cette nuit cauchemardesque.
Tandis que Beth devient une auteur renommée spécialisée dans la littérature horrifique, Vera s’enlise dans une paranoïa destructrice. Seize ans plus tard, la famille est à nouveau réunie dans la maison que Vera et Pauline n’ont jamais quittée. Des évènements étranges vont alors commencer à se produire…

Dans cette analyse, nous allons, comme à notre habitude, décrypter le film de Pascal Laugier. Nous reviendrons sur les divers rebondissements de l'intrigue. Nous allons donner des explications possibles aux intentions du cinéaste, aborder les différents twists, les thèmes cachés et bien sûr la fin du film.

Avant toute chose, nous allons prendre le temps d'analyser les caractères et comportements des trois personnages principaux. C'est essentiel à la bonne compréhension du film et de ses enjeux cachés.

Page suivante : La psychologie des personnages

1 2 3 4 5

3 comments

  1. Hélène 25 mars, 2018 at 11:31

    Bonjour, Pourriez vous peut être me confirmer cela, une amie qui a vu ce film au festival de Gérardmer me dit que la fin du film n’est pas la même que celle de celui sorti au cinéma. Est ce vrai et dans ce cas pourquoi censurez la fin de ce film?

  2. Laure rondeau 26 mars, 2018 at 19:27

    Bonjour
    Un film trop pesant sans subtilité avec des personnages trop stéréotypes l ogre et la sorcière comme dans le final du film Martyrs ou la femme qui se suicide est caricaturale
    Dommage

Laisser un commentaire