Ant-Man, un Marvel "à l'ancienne" ? Critique et explications

Après l'explosion Avengers 2 et l'ouverture du Marvel Cinematic Universe (ou MCU) à l'univers galactique, introduisant notamment les gemmes de l'infini, Marvel Studios revient à un film plus classique pour clôturer la phase 2 : Ant-Man. Découverte de pouvoirs, ambiance plus "urbaine" et définitivement terrienne, ce Marvel "à l'ancienne" fonctionne-t'il ?

Critique garantie sans spoilers...mais analyse et explication en page 2 100% spoiler !

Synopsis

Scott Lang, cambrioleur de haut vol, va devoir apprendre à se comporter en héros et aider son mentor, le Dr Hank Pym, à protéger le secret de son spectaculaire costume d’Ant-Man, afin d’affronter une effroyable menace…

Critique

ant-man_costumeRetour aux sources pour Marvel avec Ant-Man. Retour aux sources, car on démarre l'histoire d'un nouveau personnage sur Terre. On est donc ni dans la configuration des suites (Thor : Le Monde des Ténèbres, Iron Man 3...) ni dans l'ouverture d'un nouvel univers (Les Gardiens de la Galaxie). On attend donc d'Ant-Man un film qui devrait finalement être proche du style "phase 1" du MCU, et plus particulièrement du premier Iron-Man, étant donné que c'est un héros sans réel super-pouvoirs, mais avec un costume high-tech.

Et c'est effectivement ce qui va se passer. Présentation du personnage, présentation du costume, de ses pouvoirs, d'un super-méchant aux pouvoirs assez similaires (on se souvient de l'armure d'Obadiah Stane dans Iron-Man) etc... Si la trame est identique, quelques détails font toute la différence. On pense notamment à la présence d'Hank Pym, personnage mythique de Marvel, incarné avec brio par un Michael Douglas. Michael Douglas qui, tout comme Robert Redford dans Captain America : Le soldat de l'hiver, assure toujours et apporte une consistance nouvelle au film. D'autant plus que son personnage, Hank Pym, permet l'ouverture d'un nouveau pan de l'histoire Marvel, situé entre Agent Carter et Iron Man.

Autour de lui gravitent un Paul Rudd et Evangeline Lilly qui font le boulot correctement. Le transfuge d'House of Cards Corey Stoll a un peu de mal à se mouvoir en méchant milliardaire. Les seconds rôles Bobby Cannavale, Judy Greer et Michael Peña sont bons et ont chacun leur moment de gloire.

ant-man_combatSi l'ensemble du film se déroule de manière assez classique, la séquence de bataille finale est quant à elle marquée de la patte d'Edgar Wright et Joe Cornish : situations délirantes, réel delta entre l'intensité du combat "intérieur" et son impact "réel". A lui seul, ce combat relève le niveau du film qui semblait jusque là se mouvoir dans une zone de confort marvelienne.

En même temps, le film est un peu un OVNI dans cette phase 2 Marvel qui avait finalement laissé beaucoup de liberté aux réalisateurs. Thor : Le Monde des Ténèbres était quasiment un épisode de Game of Thrones, Captain America : Le soldat de l'hiver un thriller politique et Iron-Man 3 un buddy movie très 90's. Au milieu de cela, Ant-Man est "juste" un film de super-héros, classique, moins marqué par un style particulier.

En conclusion, Ant-Man est finalement assez classique, plutôt attendu et prévisible. Son intégration très "light" au sein du MCU (nous y reviendront dans la page suivante) en fait quasiment un stand-alone, à la manière du premier Iron-Man. Cependant, un bon jeu d'acteur et une séquence finale très réussie assurent à Ant-Man sa place au sein de la galerie Marvel.

Découvrez à la page suivante notre analyse et explication du film, et de sa séquence post-générique.

Lire la suite

Ajoutez vos théories et analyses de fans en commentaires ! Nous les lirons, promis !!!

1 2

1 comment

  1. Anonymousse 10 juillet, 2015 at 10:19

    Quelle déception après avoir vu le film !
    J’ai trouvé le film long, des vannes lourdes et répétées de nombreuses fois. Certes la bataille finale est bien foutue mais la trame se répète bien trop souvent (le rapport réalité vs taille microscopique).
    Un film fait pour faire baver les fanboys marvel et essayer d’appâter des personnes ne connaissant pas l’univers, mais le cinéphile lambda se lassera grandement et rapidement.

Laisser un commentaire