Mamma Mia : here we go again

C’est l’été, il faut beau, il fait chaud et c’est le moment de partir à nouveau sur l’île de Kalokairi.
Il y a 10 ans, l’adaptation en film de la comédie Mamma Mia avait été un franc succès. Un casting 5 étoiles, des paysages sublimes et des chansons d’Abba aussi entraînantes les unes que les autres, sans oublier les chorégraphies ! Bref, la barre est placée très haute. Et on peut d’autant plus légitimement se demander si ce second d’opus ne serait pas juste un prétexte, un peu opportuniste.

Synopsis

Sur l’île paradisiaque de Kalokairi, Sophie, qui rencontre divers soucis dans l’ouverture de son hôtel, va trouver du réconfort auprès des amies de sa mère Donna qui vont lui conseiller de prendre exemple sur le parcours de cette dernière.

Critique

Mettons les pieds dans le plat ! Comme le pitch le laisse penser et comme la bande-annonce le montre – ou plutôt ne le montre pas), on apprend dans les 5 premières minutes que Donna (Meryl Streep) est morte. Première erreur : un Mamma Mia sans Meryl Streep, c’est comme un costume d’Abba sans paillettes ! Le principe d’une comédie musicale n’est-il pas d’apporter de la joie, d’être gaie ? Or, ici dès le début, on déprime sévère…

Le choc passé, on navigue donc entre la Donna des jeunes années pleine de rêves et la Sophie de maintenant, mariée, la trentaine et les difficultés de la vie d’adulte qui vont avec.

L’intérêt du premier Mamma Mia était d’imaginer, grâce à de brefs – et drôles- flashbacks, les jeunesses de Donna et de ses trois prétendants. Ici, plus besoin d’imaginer, on va suivre comment Donna a rencontré Harry, Bill et Sam. Il y a quelques incohérences (Harry est le premier qu’elle rencontre) ou oubli (aucune référence de la guitare donnée par Harry pour 10 livres et un t-shirt). Sans surprise, on est finalement un peu déçu de la jeunesse de Donna que l’on imaginait dans le premier film. . Les situations et les dialogues sont parfois mièvres et on tombe trop souvent dans le pathos.

Si Lily James est superbe, fraîche et pimpante, les trois garçons sont un peu trop beaux et un peu trop lisses pour nous intéresser vraiment. Finalement, des deux temporalités, j’ai préféré celle d’aujourd’hui avec Amanda Seyfried, Pierce Brosnan, Colin Firth et Stellan Skarsgård. Côté chansons, 4 chansons sont reprises du premier film. Il y a une impression de répétition mais les chansons sont tellement bien et surtout elles sont là pour faire écho au premier film. Pourtant, on a cette impression que les chansons sont moins bien intégrées, l’enchaînement n’est pas aussi fluide que dans le premier film.

Mais... on a droit une petite surprise avec un duo improbable, j’ai nommé Andy Garcia et Cher !
En résumé, le film est dispensable mais il est bien fait, il fonctionne. Malgré la mélancholie ambiante, la seconde partie remonte le niveau. Sans avoir le charme du premier, le film et la bande-originale sont bien sympathique. Le final est digne d’une vraie comédie musicale, à un point tel que Meryl Streep ressuscite pour chanter avec sa version d'elle plus jeune.

Malgré une certaine déception avec la séance, j’ai tout de même envie de revoir le film en réécoutant la bande-originale.

Laisser un commentaire