Blade Runner : explications du film et de la fin

Affiche de Blade Runner

Rick Deckard de Blade Runner est-il un Réplicant ?

La grande question qui subsiste à la fin de Blade Runner est celle de la nature de Rick Deckard. La version originale, quelque peu édulcorée, le faisait passer uniquement pour un détective de film noir futuriste. Ainsi, le “Bogart” de Blade Runner 2019 résolvait le mystère, tuait les méchants et partait avec la fille.

Origami mystère

Deckard, la licorne et l’origami dans Blade Runner

Cependant, les Director’s Cut sont venues bouleverser cette image. En effet, la fin du film est plus sombre, et surtout, des inserts viennent renverser le point de vue. On apprend ainsi dans le film que les Réplicants n’ont pas de souvenir à proprement parler. Le Docteur Eldon Tyrell s’est inspiré de sa nièce afin d’intégrer des souvenirs fictifs chez les Replicants. Ainsi, on apprend notamment que l’image de la Licorne est une de ces images “artificielles” générées pour ces derniers.

Or, dans la version Director’s Cut, le fait que Deckard rêve de licorne bouleverse un peu notre regard sur le personnage. Cela ne pourrait-être qu’une idée comme cela, cependant l’origami de Gaff change tout. Gaff (incarné par Edward James Olmos) est un Blade Runner à la retraite, mais qui reste très observateur et qui suit l’enquête de Deckard. Gaff s’exprime de manière assez mystérieuse et produit de nombreux origami. On découvre ainsi à la fin de Blade Runner Director’s Cut un origami en forme de licorne devant l’appartement de Deckard. Nul doute donc que celui-ci a été déposé par Gaff. Sauf que comment Gaff saurait que Deckard rêve de licorne ? La seule réponse est : Gaff sait que les Replicants rêvent de licornes, et sait que Deckard en est un… ce qui est prouvé par son rêve.

Les autres indices

Autre détail, le moment où Deckard fait passer le test Voight-Kampff à Rachel. A titre de rappel, selon le Director’s Cut, les yeux des Replicants brillent quant ils sont troublés. Durant le test, un Blade Runner pose des questions autour de la vie animale (rare dans le film, donc forcément importante pour les humains) et de l’empathie envers les autres. Les Réplicants n’ayant normalement pas d’empathie envers les autres Réplicants et n’accordant pas d’importance à la vie animale, on peut les identifier sur ces questions.

Androide femme

Cependant, lors du test avec Rachel, cette dernière renvoie alors une question à Deckard, lui demandant si il a lui-même passé le test Voight-Kampff. Le montage du Director’s Cut à ce moment montre les yeux de Deckard qui brillent… et qui dit yeux qui brillent…

Un autre indice se cache dans le nombre de Réplicants traqués par Deckard. On apprend qu’il doit en traquer 6. Or, au final, on en voit que 5 :
Roy Batty (Rutger Hauer) – Nexus 6 de combat
Pris (Daryl Hannah) – Nexus 6 de plaisir
Zhora (Joanna Cassidy) – Nexus 6 assassin
Leon (Brion James) – Nexus 6 de combat
Hodge – Nexus 6 tué en voulant entrer dans la Tyrell Corporation

Le 6e, Mary, a été tout bonnement supprimé du script après coup pour des raisons budgétaires ! Cependant, beaucoup spéculent du coup que ce 6e pourrait-être Deckard avec de nouveaux souvenirs…

Enfin, une version du script de 1981 apporte une réponse définitive quant à la nature de Réplicant de Deckard. Effectivement, la voix-off dit (source : br movie) :

I knew it on the roof that night.
We were brothers, Roy Batty and I!
Combat models of the highest order.
We had fought in wars not yet
dreamed of… in vast nightmares
still unnamed. We were the new
people… Roy and me and Rachael!
We were made for this world. It
was ours!

Ce qui donne en français :
“Je l’ai su sur le toit cette nuit. Nous étions frères, Roy Batty et moi ! Deux modèles de combat haut de gamme. Nous nous sommes battus lors de guerres qui n’ont pas même été rêvées encore… un cauchemar innommable. Nous étions une nouvelle espèce… Roy, moi et Rachel ! Nous étions fait pour ce monde. Il était à nous !”

Assez clair sur l’idée originelle de Ridley Scott ! Deckard, dans le scénario, était un Replicant. Après, beaucoup de grands films, et de fins, jouent sur l’ambiguïté. On pense à Inception, ou pour citer les films de Ridley Scott, au très moyen Alien Covenant. Maintenir le doute, dans le film, sur l’identité réelle du personnage renforce sa complexité, renforce les réflexions et les discussions sur l’humanité, l’empathie…

En revanche, un point vient “gâcher” cette idée… un Réplicant Nexus 6 a une durée de vie de 4 ans… or, on peut voir Harrison Ford dans la bande-annonce de Blade Runner 2049…il aurait donc vécu plus de 30 ans ???

Page suivante : Les thèmes du film

Vous avez d’autres explications ? D’autres théories ? D’autres pistes de réflexion ? Laissez donc un commentaire !

Total
4
Shares
7 commentaires
  1. Quelques idées de réponses aux interrogations sur cette bonne suite de Blade Runner :
    -l’implant souvenir d’ana avec le souvenir du cheval de bois est pour moi implanté d’office dans tous les nexus de dernière génération et ana est rasée et parmi les enfants qui courent après le petit garçon…
    -lorsque K commence à enquêter sur Rachel et son enfant il intéresse surement particulièrement Freysa et ses autres Nexus qui préparent leur rébellion.
    -Probablement que cela était préparé d’avance et Freysa attendait qu’un nexus policier commence à enquêter pour ensuite le pousser, K, nouveau Nexus très obéissant ayant pouvoir d’enquêter, mais manipulable, à trouver et tuer Deckard avant qu’il ne permette à Wallace de le trouver, le torturer.
    Wallace cherche Deckard et la fille de deckard et rachel, ana, pour ensuite pouvoir permettre au nexus de se reproduire en masse pour des raisons commerciales liés au 9 autres mondes qu’il souhaite peupler de nexus, sans avoir les coûts de production des milliers de nexus nécessaires, c’est pourquoi il veut étudier ana et deckard.
    -C’est pour cela que K n’est pas tué par Luv car elle est envoyée pour trouver Deckard pas pour tuer K qui est sans importance pour elle et wallace (mais ils ne savent pas que K a trouvé l’enfant…seule Freysa semble le savoir)
    -Deckard est probablement un nexus, vivant en pleine radioactivité depuis 30 ans environ…cela dit les nexus vieillissent-ils physiquement et ce quelque soit les générations de nexus ?
    -Lui et Freysa étaient de mèche pour brouiller les pistes au départ pour cacher ana qui n’est pas un enfant bulle, simplement elle se cache pour éviter un nouveau conflit et n’être pas dépecé et étudié par wallace
    -Ces nexus sont certainement plus humains que les humains au final mais ils ont toujours ces circuits électroniques et ces relants de codes humains qui les poussent encore à être inhumains, mais jusqu’à quand, l’IA étant en perpétuelle évolution apparemment; sentiments naissants, rébellion, capacité à donner la vie…
    -Wallace tue le nouveau nexus femme au scalpel car il constate surement pour la énième fois qu’elle ne pourra pas enfanter…
    Qu’en pensez-vous ? Vivement la suite…!

  2. Ce film était trés ennuyant du debut a la fin, j’attendais qu’il se passe un truc interessant en vain, l’histoire est trop lente, trop peu d’action, trop peu de tout: une vrai cata, une perte de temps, d’argent au ciné, j’en attendais mieux de ryan gosling, je ne vois pas le but de realiser un tel film dans un cadre aussi fade. Les seuls scenes ou il se passe un truc, c’est un truc chelou.

  3. Bonsoir,
    De l’eau a coulé sous les ponts depuis que le dernier blade runner est sortie sur les écrans. J’ai remarqué un détail dans la version director’s cut disponible actuellement dans le catalogue de Netflix qui ne laisse aucune place au doute à mon sens sur la nature de Deckard. Il est probable que je ne sois pas le seul à l’avoir remarqué mais dans le doute je partage mon point de vue. Dans le film, il apparait clairement que les yeux synthétiques ont des reflets de la rétine orangé. On le voit à de nombreuses reprises dans les yeux des différents répliquants et même du hibou. Lorsque Rachel demande à Deckard de ne pas la tuer après le retrait de Léon mais que ce dernier répond qu’un autre blade runner le fera avant de passer derrière Rachel. La mise au point de la caméra est fixée sur les yeux de Rachel avec des reflets de sa rétine orange puis Deckard passe dans le flou de la caméra pour nous montrer des reflets également orange de sa rétine. Cela constitue à mon sens une preuve valable de la nature artificiel de Deckard. Après, le magna de la fabrication de répliquants est coutumier des expériences. Il a peut être décidé de créer un répliquant blade runner mieux adapté que les humains dans la traque des répliquants. Il lui a retiré la fonction de mort programmée car en effet on sent clairement que Tyrrel invente des excuses scientifiques foireuses pour justifier l’impossible prolongation de la vie des répliquants. Pour reprendre le scénario du second opus, Tyrrel avait prévu de tenter l’expérience de la reproduction entre les répliquants Deckard et Rachel.
    Voilà mon avis. C’est suffisamment subtil pour être valable. Je vous souhaite une bonne soirée.

  4. Pour moi il etait humain et ça m’aurait gêné de savoir que c’est un réplicant, ça serait tourner en rond au final…
    Pourquoi je n’y ai pas cru :
    Il n’a pas les 4 ans d’espérence de vie et il n’a pas la force des autres réplicants…
    Ces capacités sont totalement humaine… Quelle serait son utilité si un replicant n’apporte rien de plus qu’un autre humain.
    Concernant la licorne… On peut parler d’une chose et en rêver le soir même sans l’avoir vécu…
    De plus il connait les rêves implantés dans les replicants et si il avait les mêmes il s’en rendrait compte, il est possible également qu’il connaissait le rêve de la licorne, en en ayant parlé avec Rachelle, inconsciemment il a pu en rêver le soir même.

  5. @MATTHIEU j’avais remarqué aussi les reflets mais je ne sais pas si c’est la lumiere ou un veritable effet.
    Concernant les excuses de Tyrell, ce n’est pas pour rallonger la vie d’un réplicant mais seulement d’un réplicant déjà en vie. Il ne peut modifier l’ADN d’un être déjà en née.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Article précédent

#Dinard2017 : Critique du film Confident Royal de Stephen Frears

Article suivant
chateau de winterfell

Les lieux de tournage de Game Of Thrones en Irlande du Nord

Articles sur le même sujet