Interstellar : Explication et analyse du film de C.Nolan

Le trou de ver et la nouvelle galaxie d’Interstellar

A l’origine de l’épopée spatiale d’Interstellar, il y a une anomalie dans l’espace, à proximité de Saturne : Un trou de ver. Objet purement conceptuel à ce jour, c’est néanmoins un axe de travail de l’astrophysique moderne. D’ailleurs, Christopher et Jonathan Nolan se sont associés à Kip Thorne, une des références mondiales dans l’analyse de la théorie de la relativité générale d’Einstein de laquelle découle la théorie des trous de ver.

Nous ne reviendrons pas sur le détail du fonctionnement hypothétique du trou de ver, l’explication étant assez claire dans le film. Au pire, nous pouvons vous proposer ce superbe schéma illustrant le principe du trou de ver présenté par Wikipedia :

trou_de_ver

On évoque aussi un trou noir dans Interstellar, car théoriquement encore, la relativité générale rend possible la création de trou de ver entre deux trous noirs. Le trou de ver, aussi appelé pont d’Einstein-Rosen (ou Pont d’Einstein-Rosen-Podolski) est relativement récurrent en science-fiction comme méthode de navigation dans l’espace-temps : Contact de Robert Zemeckis, Stargate de Roland Emmerich ou même la série Sliders (souvenez-vous) nous les présentent. D’ailleurs, le Bifröst de Thor est lui-même comparé à un point d’Einstein-Rosen, c’est dire !

trou_noir_interstellarMais revenons à nos moutons (si vous voulez en savoir plus, va falloir se remettre à la physique), dans Interstellar, ce trou de ver permet d’accéder à une nouvelle galaxie. Cette galaxie, encore inexplorée, est l’opportunité pour l’espèce humaine de trouver une nouvelle planète viable. C’est donc pour cela que sont envoyés 12 spationautes, chacun en direction d’une planète distincte, afin de pouvoir envoyer des rapports et dire si ces planètes sont viables ou non.

Nous noterons tout de même que le trou de ver présente visuellement de nombreuses galaxies... Est-ce de l'ordre d'une pure illusion d'optique ou bien est-ce réellement un pont reliant bien plus de galaxies que celle visée... Le film n'apporte pas de réponse sur ce sujet.

Le trou de ver bloquant énormément d’informations, le seul moyen de communiquer pour ces astronautes est donc d’envoyer une information simple, un ping (impulsion sonore), à raison d’une fois par an à la NASA sur terre. Seulement 3 pings sont reçus, et c’est là qu’intervient l’équipe de Cooper (Matthew McConaughey) et Brand (Anne Hathaway) afin d’aller explorer ces 3 planètes.

Nous ne reviendrons pas sur la suite du film assez claire, à l’exception peut-être de cette étonnante bibliothèque de la fin…

Lire la suite : Le Tesseract

N'hésitez pas à réagir en commentaires pour contribuer aux théories et analyses.

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11

4 comments

  1. Sam 28 juillet, 2019 at 17:38

    En quoi la puissance de gravitation du trou noir peut-elle permettre à Cooper de communiquer avec sa fille ? Et quelle est cette équation que Murph parvient à résoudre ?

  2. Hanakin 10 février, 2020 at 00:15

    C’est pas logique que se soit des humains du futur évolué qui tente de sauver la Terre car si ils permettent a Cooper de communiquer avec sa fille pour sauver et faire évoluer l’humanité comment ont ils évolué en premier ? on tourne en rond 🙂

  3. Stanislas Benoit 5 février, 2021 at 15:20

    Hanakin tu ne réfléchis pas ils viennent du futur comme par exemple ce serait arrivé dans la vrai vie cela s’est passé sans qu’on le sache tout simplement on ne sait juste pas, aucun rapportavec tourner en rond

Leave a reply