US explications du film et de la fin

Les références et influences

Avant de parler des références cinématographiques, qui sont nombreuses, évoquons d’abord l’une de sources d’inspiration, bien réelle, du film : Hands Across America

L’événement caritatif s’est vraiment déroulé le 25 mai 1986. Une publicité pour cet organisme lance le film et nous voyons Adélaïde la regarder avant que sa famille n’aille à la plage. L’événement a été organisé par Ken Kragen, responsable de la musique, qui a assuré la sécurité des artistes qui ont chanté sur We Are the World. L’organisme de bienfaisance a demandé aux gens de donner dix dollars pour se faire une place dans la chaîne humaine qui ferait son chemin autour des États-Unis. L’argent a ensuite été versé à des œuvres de bienfaisance qui luttaient contre la faim, l’itinérance et la pauvreté. De nombreuses stars ont joué le jeu, notamment Michael J. Fox et Brooke Shields.

Malgré la belle idée derrière l’initiative, celle-ci était assez utopique. Il était impossible d’avoir une chaîne continue à travers les États-Unis, mais ceux qui se sont inscrits se sont manifestés et ont participé.

Passons maintenant au cinéma. Déjà avec Get Out, on pensait fortement au cinéma de Roman Polanski et son Rosemary’s Baby notamment. Avec Us, la référence principale se trouve peut être du côté de La nuit des morts-vivants de Georges Romero. Le film qui a lancé la carrières zombies au cinéma, et ses suites sont de véritables critiques des USA, de leur époque et des divisions entre classes sociales. Voilà pour l’influence thématique principale du film.

On pense aussi beaucoup, dans la première partie du film, au Funny Games de Michael Haneke dans la façon dont les occupants de la maison se font séquestrer. D’un point de vue formel, le film fait beaucoup penser au génial it follows qui partage d’ailleurs le même chef opérateur.

Certains plans du début évoquent The Shining de Kubrick, tout comme la violence grandissante de la mère et la présence de jumelles terrifiantes. (Pour l’anecdote, ces jumelles ont incarnée la petite Emma de Ross et Rachel dans Friends. Elles ont bien grandi)

Il y a bien sûr, aussi de nombreux clins d’oeil, pas forcément thématiques comme les t-shirt Thriller et Jaws.

Pour ce qui est des doubles qui perturbent la vie bien tranquille d’un personnage principal pas si simple qu’il n’y parait, on peut aussi citer l’excellent et très complexe Enemy, pour lequel on avait justement rédigé une explication de film.

Et vous, avez-vous trouvé d’autres influences importantes au film de Jordan Peele ?

Total
15
Shares
20 commentaires
  1. Je pense que sur la dernière scène le fils comprend qu’il à du être échanger petit suite à un accident dû à sa passion pour les briquets et allumettes à l’insu du père et de la sœur. Sur le siège passager je pense qu il a compris d’où cette façon de regarder sa mère. Elle a du l’echanger En cachette

  2. Pareil que marco polo pour moi la mere vient des tenebres et le petit a compris voila pk il regarde la mere et kel souris a la fin 👍🏿

  3. Le nom de Jason fait référence à vendredi 13. Tout comme dans le film vendredi 13, le double de Jason a été brulé au visage et celui-ci porte un masque!
    Bisous les michtos

  4. Sinon quelqu’un peut m’expliquer comment marchent les doubles parce que je comprends rien. A des moments on nous montre qu’ils sont qu’une copie des originaux et sont contraints à réaliser les mêmes mouvements qu’eux. Mais pendant une bonne partie du film ils réalisent leurs propres mouvements.
    Du coup ils bougent par eux-mêmes ou par mimétisme ? J’ai plus l’impression que c’est une facilité scénaristique et que quand l’auteur veut les faire imiter les mouvements, il le fait par effet de style ou pour faire avancer le scénario (comme le clone de Jason qui va dans le feu).

  5. Ouais l’histoire des clones là, c’est pas clair. Donc la femme a eu le même mari puis les mêmes enfants que celle d’en haut.. Par contre pour les mimes je pense qu’ils ont cessé lorsqu’ils ont pris la petite comme guide. Enfin je ne sais pas..

  6. Il y a aussi le fait que la gamine ait été étranglée…
    C’est pour ça qu’elle a une voix cassée quand elle grandit ?

    Est-ce qu’on peut y voir une métaphore de la manière dont les puissants écrasent les plus faibles ?

    Littéralement, ce serait pas une image pour illustrer l’expression “faire taire quelqu’un”?

  7. Ce réalisateur me rend dingue. Il donne une âme à son film un message qui démontre l inconscience et la bêtise de l humain à travers des histoire encore jamais travaillé de cette façon la. Chaque fois impossible de comprendre exactement ce qu’il se trame C est juste magique

  8. C’est une super critique du film, bravo. Ça fait plaisir de lire un article aussi travaillé. Ce film pêche par ses justifications à outrance et pas forcément crédibles ou nécessaires. Mais il faut lui reconnaître quil extrêmement bien réalisé et divertissant. Très bon film de genre comme on en voit rarement.

  9. Superbe explication par contre pk ajouter marvel a ta critique vraiment sa servais rien juste a montrer quel type de personne tu est : “marvel j’aime pas car tout le monde aime” (un j’aime pas car tt le monde aime)

  10. Pour ma part, j’ai vu quelques connotations à Alice aux pays des merveilles: l’autre monde, le lapin etc…

  11. Beaucoup de choses ont été dites cependant je viens de voir le film et je voulais faire part d’une réflexion. La mère, bien qu’étant le double maléfique dès le début, agit tout à fait normalement tout le long du film, elle s’occupe de sa famille, à une vie sociale… Et lorsque les choses se gâtent elle fait tout pour protéger sa famille. Le réalisateur ne veut il pas nous faire comprendre qu’en aidant les plus démunis, en leur offrant les mêmes chances qu’aux autres, ils ont toutes les chances de devenir des adultes accomplis qui mènent une vie normale et saine.

  12. Je n’ai pas compris pourquoi le double du fils est brûlé… ça vient d’où ce lien ? 🧐

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article précédent
legrandbain

Critique Le Grand Bain de Gilles Lellouche

Article suivant

Critique de Dumbo de Tim Burton

Articles sur le même sujet